Chroniques

La tresse – Laëtitia Colombani

J’ai tant entendu parler de ce roman, et lu tant d’avis positifs à son propos que j’étais curieuse de le découvrir moi aussi.

Pourtant, ça n’est pas forcément un livre vers lequel je me serai tournée spontanément, mais il me semblait important de me faire mon propre avis et d’en savoir plus. Je suis donc partie à la découverte de La Tresse de Laëtitia Colombani, et je n’ai pas du tout été déçue !

 

 

Venons-en au récit !

La tresse est un roman qui se lit vite, et que l’on peut facilement dévorer d’une seule traite. Les chapitres et les phrases sont courtes, à la manière d’une pièce de théâtre ou d’un scénario. Il n’y a pas de place pour le superflus (c’est peut-être dû au fait que Laëtitia Colombani est aussi scénariste, réalisatrice et comédienne ! hum hum !)

A travers les trois premiers chapitres, nous découvrons les trois héroïnes de ce roman, les trois brins qui composent la tresse. Chacune est émouvante et extrêmement touchante par son histoire.

Smita vit dans une pauvreté immense, réalise chaque jour un travail dégradant et se nourrit de rats chassés par son mari. Pourtant, un espoir vif sommeille en elle et elle est déterminée à faire basculer le destin de sa fille Lalita.

Giulia, de son côté, se retrouve à 20 ans projetée à la tête de l’entreprise familiale et doit quitter bien brutalement l’adolescence pour porter toutes les responsabilités de sa famille. Elle se bat, fait preuve de créativité et d’endurance pour arriver à ses fins et sauver l’entreprise, l’avenir de ouvrières mais aussi celui de sa propre famille.

Sarah, working-mum canadienne a un parcours professionnel que beaucoup pourraient envier et a réussi à briser le fameux plafond de verre. Sa vie est minutée, rythmée entre son travail d’avocate très prenant et sa vie de famille. Jusqu’au jour où tout bascule pour elle, lorsqu’elle apprend qu’elle est gravement malade et qu’elle réalise à ses dépens qu’elle va devoir faire des choix de vie cruciaux.

Ce premier roman de Laetitia Colombani est plein d’espoir, de solidarité et d’émotions. Au-delà d’être très touchants, les sujets traités sont actuels et nous pourrions nous reconnaître facilement dans la situation de Sarah ou celle de Giulia.

Le parallèle avec la tresse et les cheveux est assez bien trouvé et nous tient en haleine tout au long du livre, même si j’ai été un peu frustrée de comprendre où l’auteur voulait en venir avant les dernières pages du récit (ceci dit, ça reste très bien pensé !). J’avoue avoir été aussi frustrée de ne pas rentrer plus en profondeur dans la vie de ces trois femmes. Nous les suivons précisément à un moment clé de leur existence mais quelques descriptions et une visibilité sur leur avenir auraient été les bienvenues.

J’ai lu ce livre en 2 jours et c’est une très belle surprise que je vous recommande vivement de découvrir ! Cet ouvrage nous rappelle quelques bases essentielles mais malheureusement trop souvent oubliées dans notre société actuelle : l’entraide et la solidarité sont de vraies forces, il est important de se sentir entourés et de savoir que l’on peut compter sur d’autres personnes (ainsi s’achève la minute philosophique !)

 

Ma note

 

La Tresse, livre de poche, 2017 – 224 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *