Dans ma PAL

Dans ma PAL d’août il y a…

Bien souvent, on a plus de temps pour dévorer de belles lectures au mois d’août, et on peut parfois les combiner avec une piscine à proximité… le rêve ! Qu’à cela ne tienne, pour moi cette année, c’est boulot ! Alors, pour ne pas changer le petit train-train, je profite des transports pour avancer sur mes lectures, et aussi des soirées un peu plus longues pour les poursuivre une fois rentrée à la maison (car oui, bosser au mois d’août a tout de même des avantages, le rythme est moins soutenu !).

Comme j’ai un peu plus de temps, j’ai davantage réfléchi aux lectures à mettre en haut de ma pile ce mois-ci et en ai profité pour acheter celles qui me tentaient depuis un bon moment. J’ai donc craqué pour trois ouvrages :

  • L’ile des oubliés, de Victoria Hislop
  • La tresse, de Laetitia Colombani
  • La ballade de l’enfant gris, de Baptiste Beaulieu

J’en ai également reçu un en cadeau (THE surprise!)

  • Le tatoueur d’Auschwitz, de Heather Morris

Et My Book Box d’août est arrivée. Ce mois-ci elle contient :

  • Les débutantes, de J. Courtney Sullivan
  • Aux femmes, de Hamdi Al-Gazzar

Il est certain que je ne pourrai pas lire ces  6 livres ce mois-ci, d’autant plus que j’ai entamé le mois avec une lecture à terminer. Je vais donc me concentrer sur les trois que j’ai achetés et tenter de lire également celui qui m’a été offert tant il me fait de l’œil ! Pour My Book Box, je pense repousser les lectures à septembre.

Allez, je vous propose de découvrir ces futures lectures et les raisons de mes choix sans plus tarder !

  • L’ile des oubliés

C’est un ouvrage qui est sur ma liste depuis quelques mois déjà et qui m’a été conseillé par deux anciens collègues. Je ne connaissais absolument pas Victoria Hislop avant cette recommandation et me suis donc dit que L’ile des oubliés serait une bonne manière de la découvrir. La lecture de la quatrième de couverture a fini de me convaincre : un peu de mystère, des secrets familiaux et une histoire qui est loin d’être joyeuse, les éléments d’un cocktail littéraire parfait selon moi !

Résumé

« L’été s’achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune anglaise diplômée d’archéologie, a choisi de s’y rendre parce que c’est là que sa mère est née et a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l’histoire de sa famille. De 1903 à 1957, Spinalonga, l’île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux… et son arrière grand-mère y aurait péri. Quels mystères effrayants recèle cette île qui surplombent les ruines d’une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophie, la mère d’Alexis, a t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et leurs sombres secrets… »

Livre de poche, 520 pages, 2013

 

  • La Tresse, de Laetitia Colombani

Visiblement l’un des grands succès de cet été tant j’en ai entendu parler sur les réseaux sociaux ! Au vu des commentaires élogieux et des notes positives de ce livre, il fallait moi aussi que je puisse le découvrir et me faire mon propre opinion ! Ca n’est pourtant pas un livre que j’aurai choisi de moi-même, mais je suis persuadée qu’il réserve de belles surprises, et il me tarde de vérifier si c’est bien le cas !

Résumé

« Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté. Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école. Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée. Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade. Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité. »

Livre de poche, 240 pages, 2017

 

  • La ballade de l’enfant gris, de Baptiste Beaulieu

Cette lecture m’a été suggérée par Amazon au vu de mes achats récents (ah, le marketing et le digital… parfois inquiétant, parfois utile !). Je ne connaissais pas non plus cet auteur et peu de temps après mon achat, l’une de mes amies en parlait sur Instagram et révélait son coup de cœur ! Il me tarde donc de démarrer cette lecture (comme toutes les autres, quelle surprise !). Le résumé m’a vraiment mis l’eau à la bouche. Ici, rien à voir avec un thriller ou la seconde guerre mondiale, Baptiste Beaulieu nous parle de son métier et de son vécu dans les hôpitaux. Un livre qui sera très certainement bouleversant et qui m’apportera une belle leçon de vie. J’ai d’autant plus hâte de le lire que je pourrai ensuite le prêter à ma sœurette infirmière, et nous pourrons en parler ensemble par la suite.

Résumé

« C’est l’histoire de Jo’, un jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit. C’est l’histoire de No’, un garçon de sept ans, attachant et joueur, qui est atteint d’un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas le voir plus souvent à l’hôpital. C’est l’histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l’autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils. Un matin survient un drame qui lie pour toujours le destin de ces trois êtres. »

Livre de poche, 384 pages, 2018

 

  • Le tatoueur d’Auschwitz, de Heather Morris

Je n’ai rien lu sur la seconde guerre mondiale depuis Maus cet hiver et il est grand temps d’y remédier ! Par le plus grand des hasards, j’ai découvert un nouveau compte Instagram dédié à la lecture, tenu par une personne qui lit principalement des thrillers et qui est passionnée par la seconde guerre mondiale (coincidence ? hum hum..) Nous avons donc rapidement échangé et en parcourant son fil d’actualité, j’ai découvert ce livre dont elle disait le plus grand bien (allez découvrir son compte ici). Ni une, ni deux, il a rejoint illico ma liste de lectures (le monde des réseaux sociaux est vraiment bien fait parfois !)

Résumé

« Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent à l’entrée du camp d’Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C’est Lale, un déporté, qui est chargé de cette sinistre tâche. Il travaille le regard rivé au sol pour éviter de voir la douleur dans les yeux de ceux qu’il marque à jamais. Un jour, pourtant, il lève les yeux sur Gita et la jeune femme devient sa lumière dans ce monde d’une noirceur infinie. Ils savent d’emblée qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Mais dans cette prison où l’on se bat pour un morceau de pain et pour sauver sa vie, il n’y a pas de place pour l’amour. Ils doivent se contenter de minuscules moments de joie, qui leur font oublier le cauchemar du quotidien. Mais Lale a fait une promesse : un jour, ils seront libres, deux jeunes gens heureux de vivre ensemble. Deux personnes plus fortes que l’horreur du monde. »

City Editions, 272 pages, 2018

 

Et sinon, du côté de My Book Box ?

Je dois dire que j’ai été un peu déçue ce mois-ci mais c’est le jeu des box, et les créateurs de cette dernière ne peuvent pas connaître l’intégralité des bibliothèques de leurs abonnés. Donc, sur les deux livres reçus, j’en ai déjà lu un il y a plusieurs années, et je dois dire que le second ne m’inspire pas énormément. Toutefois, il faut savoir dépasser sa première impression en lecture, n’est ce pas ?! My Book Box m’a déjà apporté de belles surprises, ça pourrait continuer ! Pour le livre que j’ai déjà lu, étant donné qu’il ne m’en reste que peu de souvenirs, je me replongerai dedans d’ici quelques temps (et hop, une piqûre de rappel !)

Pour les curieux, voici les résumés de ces deux livres.

  • Les débutantes, de J. Courtney Sullivan

« Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonnes et emménagé à l’étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker et de Vogue.» Elles se sont connues et aimées à l’université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d’adulte les ont séparées, jusqu’à la disparition de l’une d’entre elles. Face aux déceptions de l’existence, rien n’est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s’en rendre compte. »

  • Aux femmes, de Hamdi Al-Gazzar

« Sayed reste plus souvent le confident que l’amant de ces dames. A l’aube de ses trente ans, ce fils de menuisier, qui n’a jamais quitté l’atelier familial au pied de la mosquée Ibn Touloun, fait le point sur les femmes de sa vie. De Rouheyya, une amie de sa mère qui l’enveloppe de sensualité jusque dans les vêtements qu’elle lui confectionne, à Salwa, l’épouse qu’il n’a jamais aimée… L’amour reste une quête inachevée. Façonné, modelé par ces figures féminines, Sayed les observe et les évoque non sans douleur et questions. Ce sont elles qui par leur mystère créent son identité d’homme et lui inspirent le sens de la vie. »

 

J’espère que ces ouvrages vous donneront des idées de lecture, on se retrouve à la fin du mois pour faire le bilan !

Je posterai bien évidemment mes avis sur chacune de ces lectures au fil de l’eau. N’hésitez pas à partager vous aussi vos lectures du mois !

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *